VeloChrono

Publié: janvier 14, 2013 dans VTT et vélo
Tags:

Irrésistible en 2012 avec ses jeunes talents Nacer Bouhanni, Arnaud Démare et Thibaut Pinot, l’équipe de Marc Madiot mise sur les mêmes armes pour faire encore mieux cette année, avec un groupe qui a peu changé mais enregistre quelques renforts intéressants, tel Yoann Offredo.

Démare-Bouhanni, encore plus fort ?

Pas la peine de refaire le film : tout le monde se souvient de la rivalité interne entre Arnaud Démare et Nacer Bouhanni l’an passé, avec les Championnats de France en point d’orgue. Mais la concurrence a souvent du bon ; et malgré leur jeunesse et leur inexpérience, ils ont tous deux obtenu d’excellents résultats, s’invitant à la table des meilleurs sprinteurs mondiaux. Hutarovich a beau être parti à l’intersaison, les tensions seront à nouveau inévitables en 2013 – qui fera le Tour de France, par exemple ? Mais ces deux garçons ont tant de classe qu’on les imagine mal ne pas confirmer leur saison passée. Bouhanni, 22 ans, a été d’une régularité hors norme en 2012 ; cette fois, il doit passer aux victoires de prestige, ce qu’il n’a pas réussi à faire sur la dernière Vuelta. Démare, 21 ans, a lui déjà Hambourg en poche ; l’objectif est donc de confirmer, mais aussi, déjà, d’élargir son terrain de jeu – Milan-Sanremo et Paris-Roubaix sont notamment à son programme.

Pinot, et maintenant ?

L’autre symbole de la jeunesse triomphante de la FDJ, c’est lui bien sûr : Thibaut Pinot, 22 ans, dixième du Tour de France 2012 dont il était le benjamin. En trois semaines, le grimpeur a changé de dimension, et son passage par la case juillet est désormais inévitable. Il lui faudra confirmer, forcément, sur un parcours montagneux qui lui convient bien ; mais il a aussi tout intérêt à ne pas se limiter à la grande boucle, car c’est le meilleur moyen de faire une saison blanche. Ce n’est de toute façon pas le genre du garçon, et il devrait suivre un programme de course assez similaire à celui de l’an dernier. Tour de Catalogne, Tour du Pays basque, Tour de Romandie : en 2012, ces courses n’avaient pas trop réussi au Franc-Comtois, mais il n’y a pas de raison qu’il en soit de même cette fois. Car Pinot n’est certainement pas qu’un coureur du Tour, et puisqu’il est sans doute un peu tôt pour viser beaucoup plus haut en juillet, il serait de bon ton de faire un « truc » sur une grande course par étapes d’abord. Ou sur la Vuelta ? Le parcours est à sa mesure…

Offredo, le chaînon manquant ?

Ce n’est pas une vraie recrue, mais un peu quand même : au 1er février, Yoann Offredo aura terminé sa suspension d’un an pour manquement aux règles de localisation. C’est l’assurance de récupérer un coureur de 26 ans à la fois talentueux et extrêmement revanchard. C’est peut-être aussi l’élément qu’il a manqué l’an dernier aux troupes de Marc Madiot pour faire encore mieux sur les classiques. Quatrième de l’Omloop Het Nieuwsblad en 2011, toujours audacieux sur Milan-Sanremo, Offredo a l’aura et le culot d’un leader, capable de tirer le meilleur d’un groupe de classiques solide – Matthieu Ladagnous, William Bonnet, Dominique Rollin, Anthony Geslin, Mickaël Delage – mais qui n’a pas d’autre élément de sa dimension. L’intéressé rêve d’une revanche sur la route, en beauté, après cette suspension qu’il a toujours jugée trop sévère. Il en a les moyens.

L’année des relances ?

La FDJ ne manque pas de leaders, on l’a vu, ni de valeurs sûres, comme Pierrick Fédrigo ou Jérémy Roy, mais pour être à la hauteur du World Tour, elle aurait aussi intérêt à ce que quelques éléments se réveillent après une saison 2012 trop discrète. Très fort en 2011, Anthony Roux a par exemple signé une année quasi blanche : à 25 ans, il a pourtant beaucoup de potentiel, notamment sur les classiques. Même constat pour Arnold Jeannesson : pas aidé par les blessures, comme Roux d’ailleurs, la révélation du Tour 2011 n’a jamais réussi à enchaîner après sa sixième place sur Paris-Nice l’an passé. Cette année, il a misé sur le Giro pour se relancer, et c’est tout le mal qu’on lui souhaite. Niveau recrutement, on retrouve un peu ce genre de profils aussi : un autre grimpeur, Alexandre Geniez, pas beaucoup aidé chez Argos-Shimano et venu à la FDJ pour passer un cap ou même deux ; ou l’ancien champion du monde junior Johan Le Bon, à qui Marc Madiot a choisi de donner une chance malgré des débuts pros décevants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s